Voici la traduction en version résumé de l’entrevue avec Justin Senior qui est passée dans le 100ème podcast de Sports Lucides. Justin a joué pour l’Université Mississipi State et a été repêché par les Seahawks de Seattle. Il est présentement agent libre.

  1. Peux-tu nous parler de ta jeunesse à Montréal?

J’étais au Québec jusqu’à l’âge de 16 ans. J’ai commencé à jouer au football au secondaire  pour les Stallions de St-Lazare. J’ai eu l’opportunité de jouer pour une école secondaire aux États-Unis et les choses se sont enchaînés à partir de là.

  1. Comment as-tu réussi à faire ce transfert vers les États-Unis?

Je m’entraînais avec un coach des Lions de North Shore et il m’a invité à un camp d’environ 60 joueurs où il y avait deux écoles secondaires. Nous avons fait quelques drills pour les coachs et ils faisaient leur choix ensuite.

  1. À partir de quel moment as-tu réalisé que la division 1 NCAA était possible?

Très rapidement. Les gens aux États-Unis te le disent. J’avais des bonnes notes et le physique donc j’étais un bon candidat pour recevoir une bourse d’étude.

  1. As-tu eu beaucoup d’offres ou est-ce que Mississipi State était ton choix numéro 1?

J’ai eu environ 30 offres de diverses universités. Mississipi State a démontré le plus d’intérêt envers moi. Ils ont été les premiers à m’invité et je suis tombé en amour avec le campus et la conférence SEC est la meilleure donc mon choix était facile.

  1. Est-ce que quelque chose t’a surpris de ton expérience au collège.

La barrière de langue était difficile. J’avais en tête que le Canada et les États-Unis étaient assez similaires mais il y a beaucoup de différences. Je m’attendais à être réserviste plus longtemps mais j’ai eu du temps de jeu rapidement. Une différence que j’aime est qu’ils se foutent si tu es une recrue ou un joueur de dernière année. Si tu es meilleur, tu es sur le terrain.

  1. Tu as joué avec Dak Prescott qui a une bonne carrière NFL. Qu’est-ce que tu peux nous dire sur lui?

Il a été mon chambreur. Je suis arrivé en janvier sur le campus de Mississipi State et son ancien colocataire était parti pour des raisons personnelles donc nous nous sommes connus assez rapidement. Nous avons développé une bonne relation.

  1. Tu as gagné le trophée Kent Hull remis au meilleur joueur de ligne au Mississipi. Comment as-tu réagi à cet honneur?

J’étais honoré car le meilleur joueur de ligne offensive que j’avais vu dans ma vie avait gagné ce prix l’an passé (Gabe Jackson aux Raiders). Je me suis senti sur le même niveau que ce gars là. Mon coéquipier Martinas Rankin avait aussi gagné ce prix donc on garde ça dans la famille.

  1. As-tu des anecdotes de la partie de rivalité avec Ole Miss?

J’en ai mais rien que je peux dire en entrevue. Les choses sont assez intenses dans cette rivalité.

  1. Peux-tu nous parler du processus se rapprochant du repêchage? As-tu eu des coachs ou des spécialistes qui t’ont aidé à te préparer?

Tous tes coachs et entraîneurs sont de ton côté et sont là pour te préparer, ils ont de l’expérience. Le procédé était déjà établi pour moi. Mon agent était déjà engagé. Je savais où j’allais m’entraîner. Le procédé se fait un peu par soi-même. En fait j’ai trouvé ça plus facile que le collège. Tu as beaucoup de temps libre pour te préparer, on n’a pas besoin d’aller à l’école.

  1. Tu te fais repêcher en 6ème ronde par les Seahawks et aussi en 5ème ronde par les Eskimos Edmonton. Peux-tu nous parler de ce qui arrive avant et après le repêchage?

J’avais parlé aux Seahawks au Combine et au Senior Bowl donc je savais qu’ils étaient intéressés. À chaque jour tu peux t’attendre à quelques appels d’équipes avant le Combine. J’ai eu 3 entraînements individuels avec des équipes mais pas les Seahawks alors j’étais surpris qu’ils me sélectionnent. Dak Prescott avait dit on dirait que c’est les équipes qui ne te parlent pas beaucoup qui te sélectionnent. Je croyais me faire repêcher par les Ravens car ils m’avaient beaucoup parlé. Tu ne sais jamais.

  1. Comment as-tu vécu ton année recrue?

C’était définitivement difficile comme année et les choses ne sont pas allées comme je les voulais. C’est la vie. Pour la première fois, j’étais dans une position où je n’allais pas jouer rapidement. J’avais toujours été un partant dans tous les sports que j’avais joué. Mon genou était en mauvais état et j’aurais du m’en occuper plus avant mais je l’ai ignoré. Quand tu arrives dans la NFL ils traitent ton corps d’une différente façon. Ils s’en préoccupent vraiment. Les Seahawks ont donc décidé de me garder sur les lignes de côté et aider ma réhabilitation. Malheureusement, les choses se sont empirées pour l’équipe et ils ont dû me couper à la fin de la saison pour des raisons financières. Je n’ai pas d’animosité envers eux, c’est la business.

  1. Quels sont tes attentes pour cette saison ou la prochaine?

J’ai la chance de me faire appeler à n’importe quel moment donc c’est du positif. Je suis à 100% donc l’important c’est d’être prêt et je sens que je le suis.

  1. Si la NFL ne fonctionne pas, est-ce que tu considère la CFL?

C’est certain que je suis concentré à 100% sur la NFL mais je garde les yeux sur la CFL. Les Eskimos sont une bonne organisation et nous gardons contact régulièrement. Si la NFL n’a pas besoin de mes services je veux continuer à jouer au football donc j’irai où je peux jouer.

Merci Justin, on te souhaite la meilleure des chances et on devra réenregistrer ton introduction si tu signes avec une nouvelle équipe. Peut-être faire un duo avec Laurent Duvernay-Tardif.