Les cotes des porteurs de ballon recrues de nfl.com s’ont-elles précises?

Lors de mon repérage annuel des porteurs de ballon recrues pour mon pool dynastie, je me suis demandé si les cotes nfl.com devaient être prises aux sérieuses. À partir de quel niveau je dois laisser tomber les porteurs de ballon sous un points de vue dynastie?

J’ai donc analysé tous les porteurs de ballon cotés par nfl.com de 2012 à 2016. Avant tout, je devais savoir quels étaient les résultats souhaitables pour un porteur de ballon au niveau du fantasy football.

Grace au site Fantasy football today (fftoday.com), j’ai analysé les résultats de fin d’année des porteurs de ballon dans un système de points standard. Il est important de mentionner que fftoday ne tient malheureusement pas compte des ballons échappés. J’ai donc découvert que, au court des 7 dernières années (2011 à 2017), un porteur de ballon souhaitant terminer:

  • Dans le top 3, devait faire au dessus de 250 points
  • Comme RB1 (top 12), devait faire au dessus de 180 points
  • Comme RB2 (top 24), devait faire au dessus de 130 points
  • Comme RB3 (top 36), devait faire au dessus de 100 points.

Bien sur, ces paliers ne sont que des références en tenant compte des 7 dernières saisons. Par exemple, en 2015, Devonta Freeman a été le porteur de ballon le plus productif avec 247,9 points ce qui ne le qualifie même pas pour la moyenne du top 3.

Par la suite, j’ai regroupé les cotes de nfl.com puisqu’en 2014, ils ont transféré leurs résultats sur 10 alors qu’auparavant ils étaient sur 100. Voici donc mes propres tranches de cotes ainsi que le nombre de porteur de ballon par tranche entre 2012 et 2016:

  1. 5.9 et plus (81.0 et plus) : 12 joueurs
  2. 5.6 à 5.8 (72.0 à 80.99) : 19 joueurs
  3. 5.3 et 5.5 (62.0 à 71.99) : 33 joueurs
  4. 5.2 et moins (61.9 et moins) : 50 joueurs
  5. Tous les joueurs non repêchés : 126 joueurs

Résultats préliminaires

Voici le résumer en chiffre de cette première partie d’analyse. Les résultats sont le pourcentage de porteur de ballon ayant au moins une saison RB1, RB2 ou plus et RB3 ou plus selon les côtes de NFL.com.

RB1 RB2+ RB3+
5.9 + 66.7% 83.3% 91.7%
5.6-5.8 5.3% 21.1% 47.4%
5.3-5.5 12.1% 27.3% 51.5%
5.2 – 2.0% 6.0% 16.0%
non repêchés 0.0% 1.6% 5.6%

 Groupe 5.9+

Pour le premier groupe, seulement un joueur n’a jamais produit une saison de RB3 ou mieux en David Wilson qui a malheureusement vu sa carrière être écourtée en raison d’une blessure importante au cou. 

Si je considère qu’une saison RB3 ou mieux est une réussite pour nfl.com, je peux donc affirmer qu’ils on vu juste pour 11 des 12 joueurs éligibles. Par contre, pour être amplement satisfait, je considère qu’un porteur devrait connaître une saison RB2 ou mieux ce qui nous donne un résultat de 10 sur 12. Derrick Henry est ce joueur qui, outre David Wilson, n’a toujours pas connu de saison RB2 ou mieux après deux saisons puisqu’il se trouvait derrière DeMarco Murray. Avec le départ de Murray, je m’attend toutefois une saison RB2 ou même RB1 pour Derrick Henry en 2018.

Finalement, Todd Gurley, Ezekiel Elliot et Jordan Howard ont réussit à produire des saison de RB2 ou mieux à toutes leurs saisons jusqu’ici.

Groupe 5.6-5.8

Les résultats du deuxième groupe sont déjà très loin d’un groupe d’élite. 9 des 19 joueurs ont réussit au moins une saison RB3 ou plus. Fait intéressant, les 5 joueurs de la cuvé de 2015 (Tevin Coleman, Duke Johnson, Ameer Abdullah, T.J. Yeldon et Jay Ajayi) l’ont réussi. Les résultats RB2 sont encore plus bas, alors que seulement 4 des 19 joueurs (Andre Ellington en 2014, Tevin Coleman en 2016 et 2017, Duke Jonhson en 2017 et Jay ajayi en 2016) l’ont atteint. Ajayi avait d’ailleurs réussit une saison RB1 en 2016 chez les Dolphins.

Groupe 5.3-5.5

Le troisième groupe est plutôt surprenant alors que 17 des 33 joueurs ont réussit une saison RB3 ou mieux. C’est même supérieur que le groupe précédant (51% vs 47%). La tendance est encore présente si nous examinons les résultats RB2 alors que 9 joueurs ont été en mesure d’atteindre ce plateau (27% vs 21%). Le’Veon Bell, David Johnson et DeVonta Freeman aident grandement aux résultats de ce groupe alors qu’ils font maintenant parti de l’élite de la NFL au niveau des porteur de ballon.

Groupe 5.2 –

Bien entendu, le 4e groupe est beaucoup moins performant. Seulement 8 joueurs sur 50 ont réussit une saison RB3 ou mieux. De plus, aucun porteur de ballon repêcher depuis 2014 de ce groupe n’a réussit une saison RB3 ou plus. Alfred Morris (2x), Latavius Murray (3x) et Spencer Ware sont les trois seuls à avoir une saison RB2 derrière la cravate.

Groupe joueurs non repêchés

Ce groupe est bien entendu complètement à oublier ou presque lors d’un repêchage dynastie, mais il contient quelques rares éléments intéressant. NFL.com on répertorié 126 joueurs depuis 2012 qui n’ont pas été repêchés. 7 de ces joueurs ont été en mesure de connaître des saisons RB3 ou mieux depuis le début de leur carrière. Les plus prolifiques sont C.J. Anderson avec deux saison RB2 en 2014 et 2017 ainsi qu’Isaiah Crowel avec une saison RB2 en 2016.

Conclusion partielle

Nous pouvons donc en conclure que les porteurs de ballon avec une cote de 5.9 et plus ont un taux de succès presque parfait. Les joueurs entre 5.3 et 5.8 ont environ une chance sur deux de produire de bon résultats et environ 1 chance sur 4 d’être excellent (RB2). Finalement, les porteurs ayant une cote de 5.2 ou moins ne valent pas vraiment la peine d’être choisi en dynastie avec un taux de réussite si bas.

Poussons l’analyse encore plus loin

Suite à ces résultats, je ne suis pas entièrement satisfait de l’aide que cela peut m’apporter dans un cadre de dynastie où je ne repêche que des recrues. J’ai donc poussé ma réflexion plus loin à savoir quelles tranches de porteur de ballon me fournissent une saison productive dès les 2 premières saison de celui-ci.

De plus, je veux également savoir si je dois laisser une dernière chance à un porteur de ballon de 3e année qui n’a toujours pas connu une bonne saison. Car, avouons-le, si le porteur en question n’a toujours pas été productif après 3 ans, il ne sera plus dans mon équipe au début de la 4e saison.

Finalement, je veux également s’avoir si un porteur connaîtra plus d’une saison productive puisqu’un porteur qui ne me donne qu’une seule bonne saison en carrière n’est pas, à mon avis, un succès de repêchage.

Résultats secondaires

Voici donc un résumer en chiffre de la deuxième partie d’analyse.

Le premier tableau tient compte des résultats des joueurs à l’une de ses deux premières années dans la NFL. Nous constatons que les proportions par rapport au résultat préliminaire sont respectés mais, évidemment, à la baisse.

RB1 RB2+ RB3+
5.9 + 58.3% 66.7% 75.0%
5.6-5.8 5.3% 15.8% 42.1%
5.3-5.5 12.1% 21.2% 39.4%
5.2 – 2.0% 4.0% 8.0%
non repêchés 0.0% 0.8% 4.8%

Le deuxième résultat tient compte des porteurs ayant au moins deux bonnes saisons en carrière. Encore une fois, les résultats sont moins élevé, mais tout aussi proportionnel. Ce tableau me donne beaucoup moins le goût de prendre une chance sur les porteurs entre 5.3 et 5.8 puisque, comme je l’ai déjà mentionner, une seule bonne saison en carrière n’est pas un succès pour moi.

RB1 RB2+ RB3+
5.9 + 33.3% 44.4% 55.6%
5.6-5.8 0.0% 6.3% 25.0%
5.3-5.5 3.7% 14.8% 22.2%
5.2 – 0.0% 5.1% 5.1%
non repêchés 0.0% 0.0% 1.9%

Finalement, le dernier résultat est la chance de voir un porteur obtenir un bon résultat pour la 1ere fois à sa troisième saison. Noter bien que pour cette catégorie, je tiens seulement compte des porteurs n’ayant pas de saison RB3+ à aucune de leur deux première saison. Nous constatons rapidement qu’il ne vaux pas la peine de continuer à persisté avec un porteur sous les 5.9 s’il n’a toujours pas connu de bonne saison. Évidemment, chaque cas est unique et une situation presque parfaite peut nous faire changer d’avis. Bien qu’il ai déjà connu une saison RB3 en 2017, Derrick Henry est un exemple parfait de bonne situation à l’aube de sa troisième saison alors que DeMarco Murray est maintenant parti.

RB1 RB2+ RB3+
5.9 + 33.3% 66.7% 66.7%
5.6-5.8 0.0% 0.0% 11.1%
5.3-5.5 0.0% 0.0% 5.9%
5.2 – 0.0% 2.8% 5.6%
non repêchés 0.0% 0.0% 0.0%

Conclusion finale

Groupe 5.9+

Les joueurs de 5.9 et plus de cote devrais produire plus d’une bonne saison, et ce, tôt en carrière. Il est également recommandé de leur laisser une 3e chance s’ils peuvent éviter les blessures majeures.

Groupe 5.6-5.8 et 5.3-5.5

Les deux groupe suivants ont des résultats presque identique à tout points de vue. Le taux de réussite est déjà sous la barre du 50% si nous souhaitons une bonne saison tôt en carrière. Les chances d’avoir une deuxième bonne saison tourne autour d’une sur 4 ou 5 alors qu’il est recommandé de lancé la serviette si les résultats ce font encore attendre après deux saisons.

Groupe 5.2- et non-repêché

Il est très difficile d’avoir la main heureuse chez les porteurs de moins de 5.2. Je suggère donc d’éviter ces porteurs de ballon afin de se tourner vers d’autres positions moins risquées.

Cohorte 2017

J’ai exclu les recrues de 2017 de mes tableaux puisqu’ils fausseraient la majeure partie de mes données. Je constate tout de même des résultats similaires aux moyennes observées de 2012 a 2016.

La catégorie 5.9+ comprend Leonard Fournette, Dalvin Cook, Joe Mixon, Christian McCaffrey et Alvin Kamara. Alvin Kamara et Leonard Fournette ont réussit à atteindre les 180 points nécessaire pour terminer comme RB1. Chritian McCaffrey a terminé comme RB2 en standard, mais dans une ligue de type PPR (point pour chaque réception) il fait parti du top 12. Joe Mixon a connu une saison en dent de scie, mais son utilisation lui a tout de même permis de terminer comme RB3. Finalement, Dalvin Cook a vu sa saison se terminé très rapidement, mais sa cadence lui aurait sans aucun doute permis de terminé comme RB1 ou RB2.

Les trois joueurs de la catégorie 5.6-5.8, D’Onta Foreman, Samaje Perine et Jeremy McNichols ont connu des saisons sous la barre des 100 points. Samaje Perine, avec 90 points, est venu bien prêt d’atteindre le plateau de RB3. S’il revient rapidement de sa blessure au talon d’achille, Foreman est le seul qui pourrait bien connaître une saison au dessus des 100 points dans un avenir rapproché alors que Perine à vu les Redskins choisir Derrius Guice au 2e tour du repêchage de cette année et que McNichols a probablement déjà vu sa carrière prendre fin avant même d’avoir commencé.

Finalement, parmi les 13 joueurs du groupe 5.3-5.5, deux d’entre eux ont connu des saison RB3 ou mieux en Kareem Hunt et Jamaal Williams. Kareem Hunt fut d’ailleurs le meilleur porteur recrue de 2017 avec 244.2 points lui permettant de terminée au troisième rang chez les porteurs en 2017. De ce groupe, Marlon Mack et Tarik Cohen seront à surveiller en 2018 puisqu’il auront de belles opportunités cette saison.

Cohorte 2018

La cohorte 2018 des porteurs de ballons est très prometteuse. Nous retrouvons 4 joueurs dans le groupe d’élite en Saquon Barkley (7.4), Derrius Guice (6.1), Ronald Jones (6.0) et Sony Michel (5.9). Nous pouvons donc nous attendre à de bonnes performances de ces 4 porteurs dès 2018 alors qu’ils entrent tous les 4 en tant que porteur #1 de leur nouvelle équipe.

Le deuxième groupe aussi contient 4 joueurs en Rashaad Penny (5.8), Kerryon Johnson (5.8), Nick Chubb (5.8) et Royce Freeman (5.6). Selon les statistiques, deux de ces porteurs devraient connaître de bonnes saison dès 2018 ou au plus tard en 2019.

  • Penny aura beaucoup de travail derrière une ligne offensive très ordinaire à Seattle
  • Johnson devra partager les touches avec LeGarette Blount, Théo Riddick et peut-être même encore Ameer Abdullah à Détroit
  • Chubb partagera le travail avec Carlos Hyde et Duke Johnson dans une équipe qui ne sait pas comment gagner à Cleveland
  • Freeman devraient être le porteur #1 devant Devontae Booker à Denver

Je crois donc que Rashaad Penny et Joyce Freeman seront ces deux joueurs, mais les deux autres pourraient très bien faire mentir les statistiques.

Finalement, le troisième groupe est très grand cette année. Pas moins que 14 porteurs sont une cotes entre 5.3 et 5.5, mais 4 d’entre eux n’ont pas été repêché. Parmi les 10 porteurs restants seuls Kalen Ballage à Miami et Hyhiem Hines à Indianapolis me donnent de l’espoir pour le moment.

Petit mot de l’auteur

J’espère sincèrement que ce long travail pourra vous être utile lors de vos repêchage respectif. Si vous désirer avoir mon document de recherche, n’hésité pas à me le demander en commentaire et il me fera plaisir de vous le partager.