Dernièrement, il y a beaucoup de rumeurs entourant le receveur étoile des Giants de New-York, Odell Beckham. Il n’y a pas de fumée sans feu, la NFL est un milieu très transparent. Il est difficile de se cacher totalement des médias, surtout dans le offseason, un moment de l’année où les nouvelles se font rares!

Je crois fermement qu’Odell Beckham sera échangé. Oui, je me mouille, mes collègues de SportsLucides ne sont pas tous d’accord avec moi, mais je suis convaincu. Pour ceux qui ne sont pas assez patient pour lire en détail les pourquoi du comment, voici un court résumé.

  • David Gettleman (nouveau DG) n’est pas reconnu pour investir un haut pourcentage de sa masse salariale à ses receveurs.
  • Odell comporte son lot de risques.
  • L’équipe est en reconstruction.

Le retour de David Gettleman

Gettleman est à son deuxième séjour avec les Giants. Il a oeuvré en tant que directeur du personnel lors des deux derniers Superbowl de l’équipe. Il a ensuite eu une promotion pour allez travailler en tant que DG des Panthers. C’est donc dire qu’il a participé au superbowl trois fois au cours des dix dernières années, c’est un bon carnet de route.

Que ce soit avec New-York ou Carolina, les équipes de Gettleman n’ont jamais vraiment investi dans la position de receveur de ballon. À titre indicatif, lors de la conquête du Superbowl en 2011, les Giants n’ont investi que 6,35% de leur masse salariale à cette position. Rien a changé avec les Panthers, lors de leur apparition au SB L, les receveurs de l’équipe ne recevaient que 5,51% du plafond salarial!

Beckham demande une prolongation de contrat similaire à Mike Evans, ce qui monopoliserait au delà de 10% du plafond salarial à lui seul. Il serait surprenant de voir Gettleman sortir de son idéologie habituelle et allouer plus de 15% de sa masse à des receveurs et encore moins 10% à un seul d’entre eux.

Odell Beckham comporte son lot de risques

Le nouveau personnel exécutif est à même de constater les nombreux problèmes d’Odell Bechkam. Il est facile d’oublier son manque de jugement lorsqu’il vous ensorcelle avec ses aptitudes hors du commun. Par contre, l’an dernier, avec sa blessure, il n’a réussit qu’à faire parler de lui pour les mauvaises raisons.

On a qu’à prendre le dernier mois d’activité d’OBJ:

  1. Il se fait filmer, blunt à la main avec une femme qui consomme de la cocaïne à coté de lui. Oui oui, il ne faisait que regarder et le Père Noël existe.
  2. Quelques semaines plus tard, il se retrouve du mauvais coté d’une altercation dans un bar d’Atlanta. Oui oui, il tentait seulement de calmer la situation et la fée des dents existe… en tout cas, je l’espère pour lui. 
  3. Et pour bien terminer son mois de mars, il menace l’organisation des Giants de ne pas remettre le pied sur le terrain tant qu’ils ne lui accorderont pas un nouveau contrat.

Tout ça durant le mois de mars, ça fait beaucoup! Ça me rappelle beaucoup d’athlètes ayant frappé le statut de célébrité trop vite: Mike Tyson, Johnny Manziel, Tyler Seguin, Jon Jones, Eugénie Bouchard, pour nommer que ceux-là. La plupart d’entre eux n’ont jamais performé au niveau qu’ils avaient avant de devenir célèbre. Ceux qui l’ont fait, on dût prendre un virage obligé, comme une transaction.

Plusieurs DGs détesteraient qu’un de leurs joueurs agissent de la sorte. Maintenant, imaginez que ce joueur gagne 10% de la masse salariale et est la tête d’affiche de votre franchise. Ça fait assurément mal paraître une organisation… C’est quand la dernière fois qu’Antonio Brown, Julio Jones ou Aj Green ont fait la une des journaux à potins?

L’équipe est en reconstruction

Voulez-vous vraiment bâtir autour d’un pilier aussi instable qu’OBJ? Sa dernière initiative de team building était d’aller se ressourcer en bateau à Miami avec Trey Songz (oui, le rappeur qui est le sujet d’accusation pour violence conjugale), et ce six jours avant le premier match des séries éliminatoires… Pour ceux qui ont la mémoire courte, les Giants se sont inclinés par la marque de 38 – 13 aux mains des Packers.boat

Bref, ce n’est pas l’image, ni l’influence désirées pour une équipe qui se cherche une identité.

Avec l’échange qui a envoyé Jason Pierre-Paul à Tampa Bay, on peut déduire que l’équipe veut rebâtir. Les deux choix au repêchage reçus en échange de JPP représentent qu’une poignée de change en comparaison au magot que les Giants pourraient recevoir en retour du receveur étoile. Quoi de mieux pour un DG qui veut reconstruire une concession, que des choix au repêchage et 10% de manœuvre additionnelle au niveau de la masse salariale.

En conclusion

Je ne crois pas que la question est si Beckham sera échangé, mais plutôt; qui sera prêt à payer le prix? Tout semble indiquer certainement; une équipe qui aspire au Superbowl LIII. Compte tenu qu’il lui reste un an à son contrat de recrue, il sera une aubaine pour encore un an. L’équipe qui transigera pourra négocier son extension tout décidant de la structure financière de ce nouveau contrat, ce qui est avantageux.

De leur côté, les Giants pourront être à l’image de David Gettleman. À l’aide de leurs nombreux choix de repêchage, ils pourront trouver leur prochain quart-arrière de franchise tout en comblant plusieurs lacunes. De plus, l’an prochain, ils bénéficieront d’au moins 18 millions de plus pour se négocier des agents libres, question de finaliser une reconstruction rapide.

obj