Il est enfin temps de mettre de côté tous les bowls avec les noms bizarre et les matchs excitants de fin de saison pour se concentrer sur ce qui est vraiment important, le championnat national de la NCAA. Le 1er janvier, les 4 meilleures équipes de la ligue vont s’affronter pour avoir le droit de jouer lors du championnat national le 8 janvier prochain au Mercedes-Benz Stadium en Géorgie. Je vous propose une analyse en détail des forces en présences et bien sûr, je vous offre mes prédictions pour ces deux matchs enlevants.

Rose Bowl : #3 Georgia vs #2 Oklahoma, 5:00 PM, Pasadena, Californie

Le Rose Bowl a toujours été mon bowl majeur favori à cause de la tradition et de l’affrontement classique Big Ten vs Pac-12. Par contre, cette année le Rose Bowl est l’hôte d’une des demi-finales donc ce sont les équipes #2 et 3 qui s’y affrontent. Nous avons les champions de la Big-12 et de la SEC qui tenteront de poursuivre leur lancée jusqu’au championnat national. Des deux côtés, ce sont de jeunes entraîneurs-chef qui se disputeront ce match. Du côté d’Oklahoma, Lincoln Riley est le plus jeune entraîneur chef d’un programme division 1 à 34 ans. C’est également seulement sa première année à titre d’entraîneur-chef. Il succède au légendaire Bob Stoops qui menait les Sooners depuis 1999 et avait amené un championnat national à l’école. Riley ne semble pas intimidé du tout et en tant que coordonateur offensif, il semble en parfaite maîtrise de son offensive et ses joueurs semblent bien l’apprécier. Oklahoma a fait un judicieux choix pour succéder à une légende et garder le programme au sommet de la NCAA. Du côté de Georgia, Kirby Smart, à 42 ans, termine sa deuxième année à Georgia, son premier travail d’entraîneur chef. Ayant passé les 7 dernières années aux côtés de Nick Saban en tant que coordonateur défensif, il démontre tout son savoir-faire avec la talentueuse équipe de Georgia. La défensive inspire la puissance d’Alabama en n’accordant que 13.2 points par match. C’est donc un affrontement force contre force alors que la puissante attaque d’Oklahoma se frotte à la dominante défensive de Georgia.

Lorsque Oklahoma a le ballon

Si vous ne connaissez pas le nom Baker Mayfield, vous n’avez pas écouté beaucoup de football de la NCAA cette année. Le quart-arrière de dernière année a gagné le trophée Heisman au début du mois et il semble être complètement impossible à ralentir.  Ses statistiques sont tout simplement ridicules (4360 verges, 41 TD, 5 INT en plus de 430 verges et 4 touchés au sol). Il est un leader intense et un compétiteur féroce. Sa capacité à sortir de la pochette et improviser est hallucinante. On peut le comparer à un Johnny Manziel mais avec une bien meilleure tête de football. L’offensive d’Oklahoma est une machine très bien huilée qui possède plusieurs joueurs dangereux. Par la passe, le receveur Marquise Brown a attrapé 49 passes pour 981 verges et 6 touchés cette année. Il est très rapide et peut faire mal à une défensive avec un gros jeu. Il ne faut pas oublier l’ailier rapproché Mark Andrews. Il a contribué lui aussi avec 908 verges et 8 touchés. Ces deux joueurs seront à surveiller si Georgia espère ralentir Mayfield. Au sol, Oklahoma compte sur deux porteurs pratiquement interchangeables. Trey Sermon et Rodney Anderson ont une moyenne par portée identique de 6 verges. L’offensive des Sooners ne semble pas s’appuyer sur un en particulier mais les deux offrent vitesse et puissance pour appuyer Mayfield en situation de courts gains et garder la défensive de Georgia honnête. La ligne offensive des Sooners contribue à leur succès grâce entre autres au bloqueur à gauche Orlando Brown. Le géant de 6’8 345 livres a obtenu les honneurs All-American cette année et est considéré comme un des meilleurs joueurs de ligne offensif dans le prochain repêchage de la NFL.

En défensive, Georgia espère contrer cette attaque avec un All-American à eux, Roquan Smith. Le numéro 3 a connu une saison de rêve ce qui lui a permis de terminer 10eme dans les votes un Heisman, une catégorie où l’on ne voit que très rarement des joueurs défensif. Avec ses 117 plaqués et 7 sacks, il est l’homme à tout faire des Bulldogs. Par contre, il est loin d’être seul. La défensive de Georgia est composée entièrement de joueurs de troisième ou quatrième année. C’est donc une défensive expérimentée et mature et cela paraît sur le terrain. Il est très rare de voir des pénalités stupides ou des assignations manqués. Ajoutez à cela le talent pur et la robustesse de cette défensive et vous comprendrez le challenge qui se dresse devant Oklahoma. Baker Mayfield n’a pas fait face à une défensive de ce calibre cette année mais Georgia n’a pas vu d’offensive aussi dangereuse non plus. Ce sera donc un très beau jeu d’échecs entre les deux coordonateurs.

Lorsque Georgia a le ballon

Cet affrontement est l’opposé alors que les deux équipes ont des unités plutôt ordinaires. Néanmoins, je crois que la clé du match réside dans la capacité à courir de ballon de Georgia. Les Bulldogs possèdent trois dangereux porteurs de ballon. Nick Chubb, Sonny Michel et D’Andre Swift ont courus pour 2772 verges à eux seuls. S’ils ont du succès, Georgia sera en mesure de ralentir le match et limiter le nombre de possessions de Baker Mayfield. La défensive d’Oklahoma n’est pas mauvaise mais n’épate pas non plus. Ils se classent 52eme pour les points accordés avec 25 points par parties et accordent 144 verges au sol par match.  Ils devront être très physiques car je crois que Georgia n’arrêtera pas de courir s’ils ont du succès. À l’opposé d’Oklahoma, leur quart-arrière en est seulement à sa première année. Bien qu’il soit bon, Jake Fromm n’est pas prêt à mettre l’équipe sur son dos dans un match de cette envergure. Il devra faire quelques passes importantes mais il doit se concentrer à éviter les revirements et bien gérer le match. Si Oklahoma est en mesure d’arrêter le jeu au sol, portez attention au numéro 31 Ogbonnia Okoronkwo qui a 9 sacks cette année. Il sera en mesure de mettre de la pression sur le quart adverse.

Prédiction

Baker Mayfield est en feu cette année et je ne crois pas que la défensive de Georgia a la vitesse pour l’arrêter. Néanmoins, l’offensive de Georgia sera en mesure de contrôler la vitesse du match avec le jeu au sol et cela aura pour cause de rendre chaque possession très importante. Je prédis donc un match très serrée.

31-28 Oklahoma

Sugar Bowl : #1 Clemson vs #4 Alabama, 8 :45, Nouvelle Orléans, Louisiane

C’est la troisième ronde de ce duel épique entre les deux programmes les plus dominants des dernières années. Alabama a fait parti des 3 derniers College Football Playoff et est sorti vainqueur d’une de ces séries. Une des deux dernières défaites a été aux mains de Clemson dans l’incroyable match de championnat national de l’année dernière. Alabama se retrouve dans l’inhabituelle place du négligé malgré le fait que les paris favorisent le Crimson Tide par 3 points. Selon moi, Clemson a connu une bien meilleure saison que Alabama. Leur seule défaite est une erreur de parcours contre Syracuse mais le reste de leur saison est sans faille et ils ont couronné le tout avec une domination de 38-3 lors du match de championnat de conférence de la ACC face à Miami. Pour Alabama, les choses allaient parfaitement jusqu’au classique match du Iron Bowl contre Auburn le 25 novembre dernier. Ce match avait pour enjeu d’aller au championnat de conférence de la SEC. Alabama a offert une mauvaise performance et se sont incliné 26-14 pour ainsi manqué leur championnat et ont tombé du numéro 1 au numéro 5 dans le classement du comité. Alabama semble être dans les bonnes grâces de ce comité de sélection car malgré leur semaine de congé, ils ont réussi à supplanter deux champions de conférence en Ohio State et USC. Cette controverse a fait couler beaucoup d’encre mais la décision est prise et Alabama a maintenant la chance de donner raison au comité et battre Clemson.

Du côté des entraîneurs, c’est vraiment la crème du football collégial américain qu’on retrouve. Nick Saban n’a plus besoin d’introduction, il est maintenant une légende. Du côté de Clemson, Dabo Swinney, un natif, ancien joueur et assistant entraineur d’Alabama, a connu une montée fulgurante au cours des dernières années. Clemson est passé d’une équipe de milieu de peloton de la ACC à une des équipes dominantes à chaque année. Depuis 2011, les Tigers n’ont pas connu une saison de moins de 10 victoires et ont 5 victoires consécutives dans les bowls d’après-saison. Derrière le joueur étoile Desean Watson, Clemson a su tenir tête et battre les puissances de la NCAA et s’installer comme champion en titre défendant. Voyons les forces en présences de plus près.

Lorsque Clemson a le ballon

Comment mentionné plus haut, Desean Watson a fait la pluie de le beau temps pendant 3 saisons à Clemson, les menant à deux finales de championnat national. Ceux qui suivent la NFL ont pu voir l’impressionnant jeune homme à l’œuvre cette année avec les Texans avant de malheureusement subir une blessure au genou mettant fin à sa saison. Clemson tente donc de remplacer cette étoile avec l’étonnant Kelly Bryant. Le nouveau partant a très bien fait cette année avec 25 touchés combinés et 7 revirements. Il a démontré une belle progression au courant de l’année et est dangereux par la course, ce qui est essentiel pour un quart-arrière de l’offensive de Clemson. Il a couru 149 fois cette année ce qui est vraiment beaucoup pour un quart-arrière. Alabama devra le contenir pour ralentir l’offensive. Du côté des porteurs, Travis Etienne est le plus explosif avec une moyenne de 7.2 verges par portée. Il possède la vitesse pour aller jusqu’au bout à chaque jeu. Au poste de receveur, Deon Cain est considéré comme un choix de deuxième ronde au prochain et offre une grande cible à Bryant.

Pour la défensive d’Alabama, c’est business as usual avec la meilleure défensive statistique au pays. Ils n’accordent que 11.5 points par match, un exploit. Par contre, lorsqu’on regarde la fiche d’Alabama, ils n’ont pas affronté d’offensives dominantes. La SEC manque vraiment de talent offensif cette année donc Nick Saban devra préparer ses joueurs à faire face à plus de vitesse qu’auparavant. C’est d’ailleurs ce qui est problématique chez Alabama lorsqu’ils font face à des équipes de conférence où les offensives spread font la pluie et le beau temps. Dans la SEC, le jeu physique au sol est la priorité et il est pratiquement impossible de battre Bama à ce jeu. Le front défensif est tout simplement trop puissant. Par contre, lorsqu’une équipe utilise le terrain au complet et force Alabama à courir de façon horizontale, les choses se gâtent.  L’année dernière, Clemson avait amassé 511 verges offensives lors du match de championnat, 550 l’année d’avant contre Clemson encore et 537 il y a 3 ans contre Ohio State au Sugar Bowl. Les défensives d’Alabama ont de la difficulté à ralentir une offensive rapide. La tertiaire d’Alabama possède deux choix de première ronde en Minkah Fitzpatrick et Ronnie Harrison. Ces deux demis défensifs sont exceptionnels et devront être en mesure de causer des revirements afin de donner une bonne position de terrain à leur offensive. Les secondeurs d’Alabama ont été terrassés par les blessures cette année ce qui a vraiment paru contre Auburn alors que le porteur Kerryon Johnson n’a eu aucune difficulté à courir lors de ce match. Nick Saban espère avoir quelques partants de retour afin d’améliorer la défense au sol.

Lorsqu’Alabama a le ballon

Le quart-arrière de deuxième année Jalen Hurts avait impressionné l’année dernière. Alabama n’avait jamais eu un quart si athlétique. Sa deuxième année a été beaucoup moins impressionnante. On ne peut pas dire qu’il a été mauvais mais on dirait qu’il fait du surplace et les défensives ont su s’ajuster. Le jeune quart semble plus hésitant et les gros jeux par la course se font plus rare. Il devra élever son niveau de jeu contre la formidable défensive de Clemson. Alabama est reconnu pour ses porteurs de ballons et cette année ne fait pas exception. Damien Harris et Bo Scarborough mènent la charge avec 1400 verges et 19 touchés combinés. Ces deux porteurs se complémentent bien alors que Harris est un porteur compact mais polyvalent alors que Scarborough est une brute de puissance. Ils auront un gros défi devant eux car Clemson possède quelques monstres de leur côté également.

Je parle ici de Christian Wilkins et Dexter Lawrence. Ces deux plaqueurs défensifs ne laissent aucune chance aux offensives adverses. Wilkins est considéré comme un des meilleurs joueurs défensifs du prochain repêchage et Lawrence, à 6’5, 345 livres, n’en est seulement qu’à sa deuxième année. Comme si ce n’était pas assez, les ailiers défensifs Austin Bryant et Clelin Ferrell ont combinés pour 17 sacks cette année. On parle ici de 4 joueurs qui ont le potentiel d’être repêché dans la première ronde de la NFL. Je crois que cette ligne défensive est vraiment ce qui distance Clemson du reste de la NCAA cette année. Si Alabama espère avoir du succès, ils n’auront pas le choix de trouver des receveurs de passe afin de donner un peu d’espace à leurs porteurs. Le receveur Calvin Ridley est excellent et devra se démarquer face à Trayvon Mullen, le talentueux demi de coin de Clemson.

Prédiction

Alabama gagne lorsqu’ils sont capables de courir au sol. Je crois que les deux plaqueurs défensifs de Clemson empêcheront les porteurs de trouver des brèches et Jalen Hurts commettra quelques erreurs coûteuses. Néanmoins, la défensive d’Alabama sera en mesure de ralentir Kelly Bryant. Je m’attends donc à un match beaucoup plus défensif que par les deux prochaines années.

21-17 Clemson