Après une série de bowls disons ordinaire, il est maintenant temps de passer aux choses sérieuses. La grosse saison des bowls NCAA se situe principalement du 28 décembre au 1er janvier. Lors de ces 4 journées, 23 des 25 équipes du TOP 25 s’affrontent, du vrai bonbon. Dans cet article je vous présente 5 matchs à surveiller lors de ces 4 jours. Je vous donne même le favori ainsi que ma prédiction pour chaque match si vous êtes du genre gambler et voulez miser sur les matchs. Je n’inclus pas les demi-finales du championnat national, j’y consacrerai un article complet la semaine prochaine. Sortez-les restants d’après Noël, allez-vous acheter un 6 pack de votre bière préféré et installez-vous sur votre lazy boy, c’est parti!

Jeudi 28 décembre: 21h00 Valero Alamo Bowl : #13 Stanford vs #15 TCU

On commence avec les deux équipes qui ont perdu leur match de conférence respectif. C’est donc deux équipes qui ont terminé la saison avec une déception qui s’affronte pour un bowl qui n’est pas dans les 6 bowls majeurs. On peut se poser la question si ces deux équipes seront motivés à offrir une performance de qualité. Personnellement, je crois qu’avec les deux entraîneurs de ces équipes, ils seront bien préparés. David Shaw (Stanford) et Gary Patterson (TCU) sont deux des entraîneurs les plus constants de la NCAA. Shaw a pris la barre de Stanford après le départ de Jim Harbaugh en 2011 et offre une équipe compétitive année après année. Les partants NFL provenant de Stanford sont nombreux et semblent toujours offrir un joueur fiable et robuste. Pour sa part, Gary Patterson termine sa 17ème année comme entraîneur-chef de TCU. Il a pris cette petite équipe et l’a menée jusqu’au sommet des puissances NCAA. Reconnu pour des défensives robustes, TCU doit être respecté à chaque année.

Si on se penche sur le terrain, Stanford possède un finaliste au trophée Heisman en Bryce Love au poste de porteur de ballon. Lors du championnat de conférence de la Pac-12, il semblait blessé à une cheville et cela a rendu la tâche beaucoup plus difficile pour l’offensive de Stanford. Avec plusieurs semaines de repos, on peut s’attendre à une meilleure productivité. Du côté de TCU, le quart-arrière Kenny Hill se devra de connaître un fort match. Le joueur de quatrième année a connu une carrière en montagnes russes. Il a débuté sa carrière à Texas A&M mais a décidé de transféré à TCU après beaucoup de compétition au poste de quart. Il est un très bon athlète et est dangereux comme coureur. Comme passeur, il est capable du meilleur comme du pire avec des matchs de 300 verges comme des matchs de 125 verges. Stanford possède une défensive solide donc la tâche ne sera pas facile.

Favori : TCU par 2.5 points

Prédiction : 28-24 Stanford

Vendredi 29 décembre 20h00 : Goodyear Cotton Bowl : #5 Ohio State vs #8 USC

Autre que les deux matchs de demi-finale du championnat national, ce match me semble le plus intéressant. Si vous voulez voir des futures stars NFL, vous serez choyés. Ces deux équipes possèdent un nombre impressionnant de vedettes qu’on verra dans les prochaines années dans la grosse ligue. Ces deux équipes sont les champions de leur conférence (Big Ten et Pac-12) respectives. Ohio State se voit rejeté des demi-finales ayant été boudée par le comité malgré leur championnat de conférence et 3 victoires contre des adversaires du top 15. USC n’était même pas dans la conversation pour les séries malgré une difficulté d’horaire impressionnante. C’est donc deux équipes mal-aimés du comité qui s’affrontent afin de prouver leur qualité.

Quand USC a le ballon, tous les yeux sont sur Sam Darnold, considéré comme un des meilleurs quart-arrières pour le prochain repêchage de la NFL. Par contre, si l’offensive de USC veut avoir du succès, ils devront être capables de courir le ballon de façon efficace. La raison est très simple : la ligne défensive de Ohio State est la meilleure au pays pour mettre de la pression sur le quart-arrière. Sam Hubbard, Nick Bosa, Tyquan Lewis et Jalyn Holmes sont 4 ailiers défensifs. Par contre, lors de situations évidentes de passes, ces 4 joueurs sont sur le terrain pour une formation que Ohio State appelle les rushmen. Les 4 ont combiné pour 22 sacks cette année. C’est sans compter les 15 autres sacks des autres partants en défensive des Buckeyes. Si USC n’est pas en mesure de limité les situations de 3ème et long, Sam Darnold va trouver la journée très longue. Le succès passe donc par le porteur de ballon Ronald Jones II (1486 verges, 18 TDs) afin de ralentir cette pression au quart-arrière.

Lorsque Ohio State a le ballon, la situation est inversée mais encore une fois, le jeu au sol est la clé, ce qui est la force des Buckeyes. Leur offensive est extrêmement équilibrée avec 273 verges par la passe et 250 verges au sol par partie. Cette équilibre donne beaucoup de maux de têtes à une défensive car il est très difficile de se concentrer sur un aspect. Par contre, le succès de l’offensive des Buckeyes passe par la course du quart-arrière J.T. Barrett. Les tendances sont claires, lorsque Barrett a du succès au sol, l’offensive est très productive. Lorsqu’une équipe limite l’efficacité de la course du quart-arrière, l’offensive perd son rythme et Barrett a de la difficulté à faire des passes précises sous pression. Dans le cas de USC, ils doivent donc empêcher cette course et prendre des risques quitte à amener des demis de sureté près de la ligne de mêlée. USC accorde 160 verges au sol en moyenne dans une ligue qui est plutôt reconnue pour des jeux de passes. Je crois donc que USC ne sera pas en mesure d’arrêter ce jeu au sol et Ohio State prendra une avance rapidement ce qui demandera trop de jeux de passes de Darnold.

Favori : Ohio State par 7.5 points

Prédiction : 38-28 Ohio State

Samedi 30 décembre 16:00 : Playstation Fiesta Bowl : #11 Washington vs #9 Penn State

Duel intéressant ici avec la deuxième meilleure équipe du Big Ten (Penn State) et une équipe qui faisait partie du College Football Playoff l’an passé (Washington). Du côté de Washington, l’entraîneur chef Chris Petersen fait du très bon boulot après avoir quitté Boise State pour une école majeure. Le quart-arrière Jake Browning avait connu une saison exceptionnelle l’an dernier (3400 verges, 43 TD, 9 INT) mais a vraiment connu une saison plus difficile cette année (2500 verges, 18 TD, 5 INT). Les statistiques ne disent possiblement pas toute l’histoire car son pourcentage de complétion a augmenté malgré la baisse de productivité. Je le considère comme un prospect intéressant dans le prochain repêchage s’il décide de ne pas revenir pour sa dernière année. Il n’est pas très grand (6’2) mais possède un très bon bras et est en mesure de courir avec le ballon lorsque l’opportunité se présente. S’il est capable de rejoindre son meilleur receveur, Dante Pettis, Washington sera en mesure de contrôler le match

De l’autre côté, il est facile de parler du porteur de ballon de Penn State Saquon Barkley mais je vais parler d’un joueur un peu moins connu. Mike Gesicki, un ailier rapproché a subtilement attrapé 9 passes de touchés du quart-arrière Trace McSorley. À 6’6 257 lbs, il est très difficile à couvrir en un contre un. Je crois qu’il sera la clé lorsque Penn State se retrouvera en situation de 3ème et long ou à la ligne des buts. Du côté de Washington, le plaqueur défensif Vita Vea est un monstre au centre de la ligne défensive. À 6’5 et 340 lbs, il fait penser à Vince Wilfork car il est en mesure de se déplacer rapidement pour un homme de sa grosseur. Je crois qu’il sera en mesure de ralentir le dangereux Saquon Barkley et forcer Penn State à utiliser la passe.

Favori : Penn State par 2 points

Prédiction : 31-20 Washington

Samedi 30 décembre, 20h00: Orange Bowl: #6 Wisconsin vs #10

Voici deux équipes qui étaient dans le top 4 il n’y a pas si longtemps. Wisconsin n’avait qu’à battre Ohio State dans son championnat de conférence pour terminer la saison sans défaite. Ils n’ont pas été en mesure de le faire et malheureusement ils se retrouvent au 6ème rang et doivent aller jouer Miami au Orange Bowl en Floride. Pour leur part, Miami était sur une lancée avec une domination de Notre Dame qui était classé 3ème à ce moment. Par contre, ils sont vite retombés sur terre avec un upset contre Pittsburgh et se sont faite complètement démolir 38-3 contre Clemson. On ne sait donc pas trop à quoi s’attendre de ces Hurricanes. S’ils veulent faire plaisir à leurs fans en Floride, ils devront jouer très bien en offensive et éviter les revirements.

Pour Wisconsin en offensive, le succès passe toujours par le jeu au sol. Le porteur de ballon de première année Jonathan Taylor a été phénoménal avec 1847 verges et 13 touchés. Wisconsin sort des porteurs de ballon de qualité année après année et Taylor semble avoir un beau futur dans la NCAA. La défensive de Miami est reconnue cette année pour causer beaucoup de revirements. Ils devront être en mesure d’arrêter le jeu au sol de Wisconsin pour forcer l’offensive à passer. Le quart-arrière Alex Hornibrook a lancé 15 interceptions cette année donc il semble avoir de la difficulté à éviter les erreurs. S’il a du succès, ce sera grâce à l’ailier rapproché Troy Fumagali. Le jeune homme de 6’6 248 lbs a été la cible préféré du quart avec 516 verges et 4 touchés cette saison.

La raison pourquoi je crois que Miami perdra ce match est l’inefficacité de leur offensive.  Ils sont classés 58ème au pays pour les points par match et il n’y a tout simplement pas de joueurs qui semblent être en mesure de procurer une étincelle. La défensive de Wisconsin est très disciplinée et contre Ohio State, ils se sont faits brûler par trois longs jeux en début de partie mais ce sont ressaisis en deuxième demie. Miami n’a tout simplement pas les athlètes pour créer de la séparation dans la tertiaire. Le quart-arrière Malik Rozier devra forcer quelques passes et Wisconsin sera en mesure de capituler sur les revirements. Seule lueur d’espoir pour les Canes, si le petit receveur Braxton Berrios (625 verges, 9 TDs) peut connaître un fort match, Miami peut aspirer à la victoire.

Favori : Wisconsin par 6 points

Prédiction : 24-14 Wisconsin

Lundi 1er janvier, 12:30: Chick-fil-A Peach Bowl: #12 UCF vs #7 Auburn

Quoi de mieux que de passer son lendemain de veille du 31 à regarder un match intéressant? Le classique affrontement du Group of 5 contre une conférence a donné des duels épiques dans les dernières années. Le plus mémorable d’entre eux est certainement lorsque Boise State a surpris Oklahoma lors du Fiesta Bowl de 2007. L’année d’après, Utah avait battu Alabama et le Group of 5 était officiellement sur la map comme on dit. Cette année, on a un match intéressant avec UCF qui est la seule équipe de la NCAA à être invaincue, face à Auburn, une puissance de la SEC. Les questions à se poser concernent l’offensive de UCF. Avec 49.4 points par match, ils possèdent la meilleure offensive de la NCAA statistiquement. Par contre, la défensive de Auburn se classe 10ème au pays dans les points accordés. Leur offensive n’est pas mal non plus occupant le 25ème rang au pays. UCF devra donc marquer beaucoup de points pour avoir une chance.

Lorsque UCF a le ballon, le quart-arrière Mackenzie Milton est le général de cette offensive et le succès passe par lui. Le receveur Tre’Quan Smith est de loin la plus grande menace pour les Knights. Avec 54 attrapés pour 1082 verges et 13 touchés, il affiche une impressionnante moyenne de 20 verges par attrapé. Il devra faire quelques gros jeux afin de permettre à UCF de courir avec le ballon face à la solide défensive de Auburn. Sinon, comptez sur Jeff Holland, le numéro 4 de Auburn pour mettre de la pression sur le quart-arrière. Il compte 10 sacks ainsi que 3 échappés forcés.

En offensive, Auburn affiche un équilibre pratiquement parfait avec 225 verges par la passe et 228 verges au sol par match. Le quart-arrière de deuxième année Jarett Stidham a démontré une belle progression au courant de l’année avec 17 touchés contre seulement 4 interceptions. Le succès du porteur de ballon Kerryon Johnson aide beaucoup à enlever de la pression sur le jeu de passe. Le porteur de ballon de troisième année impressionne avec sa patience et sa robustesse en fin de course. Il me rappelle beaucoup le style de Le’veon Bell lorsqu’il attend patiemment que sa ligne offensive lui offre une brèche et on dirait qu’il est toujours capable de tomber par en avant et aller chercher des verges supplémentaires. Lors du match de championnat de conférence contre Georgia, il traînait une blessure à l’épaule et cela a clairement nuit à sa performance. Son état pour le match n’a pas été dévoilé encore mais on peut s’attendre à ce qu’il soit rétabli de cette blessure. Lorsqu’il n’est pas sur le terrain, l’offensive de Auburn perd de son mordant et Stidham ne semble pas encore prêt à porter l’équipe sur ses épaules. Finalement, je vous conseille d’observer le numéro 18 de UCF, Shaqueem Griffin. L’ailier défensif est né avec seulement une main. Pour un joueur de ligne défensive, les mains sont extrêmement importantes afin de contrôler son adversaire. Malgré cela, le jeune homme a accumulé 10 plaqués pour perte, 5.5 sacks, 1 interception, 2 échappés forcés dont un ramené pour un touché. Ce joueur est un exemple de persévérance et j’espère franchement le voir jouer un fort match.

Favori : Auburn par 9.5

Prédiction : 35-24 Auburn

C’est ce qui conclue le tour d’horizon des plus gros bowls avant les demi-finales. Je vous reviens la semaine prochaine avec un article en prévision des duels Oklahoma vs Georgia et Clemson vs Alabama. Sur ce, joyeuses fêtes à tous et bon football!