L’époque où les porteur de ballon étaient jugés comme étant un mauvais choix de première ronde, semble révolue. Ça n’aura prit que 5 ans et Ezekiel Elliott pour que tous oubli à quel point Trent Richardson, David Wilson, Jahvid Best, Donald Brown et bien d’autres furent un désastre pour leurs équipes respectives!

Les 3 derniers porteurs a avoir été sélectionnés en première ronde (Elliott, Gurley, Gordon) on eu un impact immédiat (ou presque) pour les franchises ayant misé sur eux. Est-ce qu’on peut vraiment se fier sur seulement trois porteur?

Selon le tableau de valeurs approximatives (VA) au repêchage de www.FootballPerspective.com, nous pouvons comparer la valeur réel des 5 premières années de chacun des porteurs versus la valeur qu’on attend d’une telle sélection.

Au total 39 porteurs ont été sélectionnés en première ronde entre 2000 et 2012 (pour une raison d’analyse les porteurs plus jeune ne sont pas inclus). Divisons les porteurs en 3 catégories:

 Sélections de début de ronde (1 à 10)

  • 11 porteurs furent sélectionnés en début de ronde
  • 45% (5/11) des porteurs ont produit un côte positive.
  • Les trois meilleurs: 1. Ladainian Tomlinson +48,6 VA // 2. Adrian Peterson +28,7 AV // 3. Jamal Lewis 21,6 AV
  • Les trois pires: 1. Trent Richardson -16,2 VA // 2. Cedric Benson -10,6 VA // 3. Cadillac Williams -10,4 VA

Sélection de milieu de ronde (11 à 20)

  • 8 porteurs furent sélectionnés en milieu de ronde
  • 62% (5/8) des porteurs ont produit un côte positive
  • Les trois meilleurs: 1. Shaun Alexander +31,1 VA // 2. Ryan Matthews +13,4 VA // 3. Marshawn Lynch +10,4 VA
  • Les trois pires: 1. Ron Dayne -12,2 VA // 2. William Green -8,3 VA // 3. T.J. Duckett -3,3VA

Sélection de fin de ronde (21 à 32)

  • 20 porteurs furent sélectionnés en fin de ronde
  • 75% (15/20) des porteur ont produit un côte positive
  • Les trois meilleurs: 1. Chris Johnson +41,1 VA // 2. Joseph Addai +33,1 VA // 3. Steven Jackson +29,1 VA
  • Les trois pires: 1. David Wilson -12,3 VA // 2. Chris Perry -10,2 VA // 3. Trung Canidate -6,6 VA

 

Après analyse, quels sont les risques?

On peut constater qu’étrangement, plus l’équipe choisit son porteur tôt dans le repêchage, plus elle risque d’être perdante avec sa sélection. Selon nos analyses, lors des 16 dernières années, seulement deux porteurs sélectionnés dans les 4 premiers choix (position où plusieurs prévoit la sélection de Fournette) on offert une valeur approximative positive. Ses porteurs sont: Ezekiel Elliott (je touche du bois, ce n’est pas encore fait… mais en même temps, j’aurais aucun problème à jinxé les Boys) et Reggie Bush par la peau des fesses avec une valeur de +2,7. Les quatre autres porteurs sélectionnés entre la première et la quatrième position portent des côtes négatives.

Plus on approche la fin de la ronde plus les choix deviennent judicieux. La mise de départ étant moins élevée, c’est alors plus facile pour le porteur de dépasser les attentes. Est-ce que ces porteurs sont de moins bonne qualité? Pas vraiment, tout comme en début ou en milieu de ronde, on y retrouve plusieurs porteurs de franchise.

La valeur des porteurs comparativement aux autres positions

Quoi qu’on dise des porteurs de première ronde, ils ont une côte moyenne de VA positive. Le calcul étant porté sur les cinq premières années professionnel des joueurs les avantage. Contrairement à plusieurs positions, celle de porteur de ballon ne nécessite pas beaucoup d’adaptation. Ces joueurs sont appelés à produire immédiatement, rare sont les porteurs de premières ronde qui occupent un poste de second ou qui sont en phase d’apprentissage. Ayant l’espérance de carrière la plus courte du circuit, les porteurs se doivent de produire rapidement. Les entraîneurs et les directeurs généraux le savent aussi, c’est pourquoi ils tentent de tirer profit de leurs porteurs avant qu’il soit trop tard. Si nous allongions cette analyse au delà des cinq ans du contrat de recrue, probablement que la valeur des porteurs prendrait une baisse en comparaison aux autres positions. (Sujet d’une prochaine analyse?)

En conclusion, bonne ou mauvais décision?

Toutes les équipes aimeraient repêcher le prochain Tomlinson, Peterson ou même Elliott. Par contre, en se fiant à l’historique du repêchage, c’est vraiment un coup de dés! De plus, même si le paris s’avère gagnant rien n’empêche le porteur en question de se blesser tôt dans sa carrière (Voir Jahvid Best et David Wilson). Quand on voit des porteurs comme Leveon Bell (2013) et David Johnson (2015) sélectionnés respectivement en deuxième et troisième ronde, on comprend que les porteurs de franchise ne se trouve pas seulement en première ronde.

Nous croyons fermement qu’il vaut mieux être patient lors de la sélection d’un porteurs. Avec la présence de plusieurs bons porteurs dans le repêchage, il serait judicieux d’attendre en fin de ronde pour en choisir un. Par contre, comme les cowboys l’an dernier, certains se justifieront de choisir un porteur tôt sous le prétexte que c’est la pièce manquante pour gagner le superbowl (San Francisco et Jacksonville ce n’est pas de vous qu’on parle). On s’attend même à des transactions. Certaines organisations sont tellement affamées, qu’elless s’avanceront pour avoir la chance (ou la malchance) de repêcher un porteur. Une décision du genre a beaucoup plus de chance de rater que de réussir (Voir l’article sur les transactions au repêchage). C’est à parier que ces directeurs généraux joueront leurs emplois sur un pile ou face le 27 avril en sélectionnant Fournette, Cooks ou McCaffrey! Si votre emploi en dépendait, lequel prendriez-vous?