Le football offensif de la dernière décennie dans la NCAA ne peut être défini que par un seul mot: spread. Ce type de système offensif est maintenant rendu la norme. Si on ne joue pas une forme de spread offense, notre offensive est considérée comme trop prévisible ou simple.

Clemson, Oregon, Ohio State, Oklahoma, même l’intimidante Alabama a commencé à inclure des concepts spread à son offensive. Qu’est-ce que le spread offense en gros?

  • Formation shotgun pour la grande majorité des jeux
  • 4 receveurs et 1 porteurs de ballon (peut être adapté avec des ailiers rapprochés)
  • Jeux de sol qui se basent sur le read option: le quart-arrière a souvent l’option de garder le ballon pour courir ou lancer une passe courte
  • Jeux de passes rapides se basant sur le timing
  • Offensive souvent sans caucus utilisant les signaux des lignes de côtés pour appeler le jeu rapidement et empêcher les substitutions défensives et ainsi fatiguer la ligne défensive.

L’université Oregon est définitivement l’une des universités pionnières de ce style avec le fameux no-huddle de Chip Kelly. Avec ce style, Kelly avait la possibilité d’utiliser plusieurs joueurs interchangeables et garder son offensive fraîche et rapide. Les concepts étaient simples, le cahier de jeu petit. Le succès de cette offensive est basé sur les décisions rapides et le timing. Après trois quarts de ce tempo insoutenable, la majorité des défensives s’écroulaient et il n’était pas rare de voir Oregon marquer 4 touchés au 4ème quart pour cause de pure fatigue. Les autres équipes ont apprises et le style est maintenant répandu à travers les plus grosses universités du pays. Bien que ce style d’offensive ait fait explosé le tableau indicateur et offre des scores qui ressemblent à des scores de basketball plus qu’à des scores de football, le style n’est pas sans conséquence. En voici quelques-unes.

Le Pro Style QB est une espèce en voie d’extinction

Vu que ce style offensif mets les décisions dans les mains du coach, le quart-arrière se voit chargé de moins de responsabilités. Il n’appelle pas le jeu dans le caucus, il ne fait peu ou pas d’ajustements à la ligne de mêlée et sa lecture de couverture est souvent limité à une ou deux options. Après ça, il coure ou se débarrasse du ballon. Cela à pour cause d’offrir aux équipes NFL des quart-arrières handicapés des capacités nécessaires pour gérer une offensive pro. Jared Goff n’était certainement pas digne du premier choix l’an dernier. Pourtant, le fait qu’il vienne d’une offensive qui est considéré plus traditionnelle a fait exploser sa valeur aux yeux des équipes. Les équipes NCAA recherchent de plus en plus des athlètes à la position afin d’exceller dans ce type d’offensive. Ce type de joueur ne fait pas la transition au niveau professionnel de façon très constante.

Les joueurs de ligne offensive ne peuvent plus protéger le quart-arrière

Vu que cette offensive est basée sur le timing et les passes courtes, le nombre de joueurs de ligne offensive capable de protéger le quart-arrière sur un 7 step dropback se fait de plus en plus rare. Ces mastodontes sont habitués de protéger pendant 2 secondes et de se rendre au deuxième niveau ensuite. Demandez-leur de bloquer Khalil Mack pendant 4 secondes? Un gros bonne chance. Le standard pass protection est devenue très rare dans la NCAA. On veut souvent des joueurs de ligne athlétiques qui peuvent se déplacer et sont assez en forme pour soutenir le rythme de jeu effréné du sans caucus. Le jeu au sol en souffre aussi alors que le bon vieux power offense n’est presque plus. Stanford est une équipe qui le préconise encore et ce n’est pas une surprise que cette école produit des joueurs de ligne offensive de qualité année après année. Wisconsin, Iowa et LSU sont d’autres exemples.

Les receveurs de passes ne maîtrisent pas un arbre de tracés complet

Étant donné le style rapide de l’offensive, les arbres tracés du spread sont relativement simples. Les options routes sont très rares et règle générale, on ne demande pas au receveur de prendre des décisions relatives à la couverture devant lui. Cela devient un problème quand une équipe NFL désire avoir des concepts de passes variables selon la couverture (homme à homme VS zone). Les receveurs sortant du niveau collégial ne sont pas habitués à ces concepts et ne sont donc pas prêts à être sur le terrain rapidement. Personnellement, je trouve que c’est un des aspects qui est le moins considéré au repêchage et qui devrait l’être beaucoup plus. Le receveur coure vite….oui, mais peut-il comprendre mon cahier de jeux et contribuer rapidement?

La solution? Adapter son offensive

Les équipes NFL ne sont pas bêtes et l’influence du spread se voit partout dans la ligue maintenant. Il devient trop demandant d’attendre que les recrues apprennent les concepts, ils doivent contribuer dès maintenant. On garde donc les choses simples et on se croise les doigts pour avoir un bon quart-arrière entre les mains. Si on doit se contenter d’un quart-arrière médiocre, on lui propose des concepts connus et on essaie de lui rendre la vie plus facile. Un exemple parfait de cette stratégie est la progression de Dak Prescott cette saison.