Le Repêchage de la NFL arrive à grand pas! À vrai dire, il reste moins d’un mois avant le grand jour. Tous les fans des équipes n’ayant pas participer aux séries éliminatoires, attendent cette journée depuis le mois de janvier.  Pour d’autre, , qui souhaitent avoir le premier choix overall, dès le mois de septembre, cette date se fait attendre avec impatience. Et Oui, les admirateurs des Browns (si vous existez) et des 49ers c’est de vous que je parle!

En fait, on essaye d’expliquer à notre blonde que le 27 avril on ne pourra pas allez souper dans la belle-famille parce que c’est les sélections de première ronde! On doit absolument l’écouter à la télé avec une bonne bière et des chips. Évidemment… On finit par perdre l’argumentaire et on se contente de suivre le repêchage via notre cellulaire. Notre plan de match, essayer de synchroniser une excursion à la toilette au bon moment pour être certain de ne pas manquer le moment tant attendu: le choix de première ronde de notre équipe!

Comme un vrai Bill Belichick, on réussit à gérer le timing de notre souper parfaitement. On se présente à la toilette, en se disant : «Mon équipe va peut-être repêcher Fournette, McCaffrey ou Mixon. C’est aujourd’hui que mon équipe reprend le cap de la victoire!!!».

Finalement, la sélection ne vient pas, ton plat refroidit, ta blonde s’impatiente et ton beau-père fait des jokes sur le temps que tu passes sur le bol. *Breaking news* Le cauchemar de tous fans, ton équipe échange ton choix de première ronde pour deux ou trois choix dans les rondes ultérieures.

Puis, tu reviens à la table; démolis. Tu ne comprends pas ce qui s’est passé… Mais ne t’inquiète pas, je vais t’expliquer dès maintenant pourquoi!

Chacune des équipes de la NFL possède sa propre vision des repêchages. Certains directeurs généraux cherchent de la valeur, certains veulent combler des besoins et d’autres sabotent leurs repêchages année après année (Al davis, que Dieu ait ton âme).

Peu importe la vision d’un directeur général sur le repêchage, tous s’entendent pour donner une valeur approximative à chacun des choix. La table des valeurs la plus populaire est celle de Jimmy Johnson (ancien entraîneur de la NFL). Elle a été conçue lorsque Johnson était en charge des Cowboys de Dallas dans les années 90. À l’aide de cette charte, les Cowboys ont réussi à mettre la main (à deux reprises) sur le trophée Lombardi. À l’ère de l’analytique dans les sports, il existe probablement plusieurs autres chartes plus actuelles.

Voici la charte des échanges de choix au repêchage de JJ:

(Cliquez pour agrandir)

small dv

Comme exemple, analysons l’échange que Denver ont conduit avec Seattle lors du repêchage de 2016. On pourra observer, au moment de l’échange, avait plus de chance de sortir gagnant à long terme. (Parce que rendut en 2017, on va se le dire… Denver c’est planté)

Seattle cède: 26e choix (700 pts)

Denver cède: 31e choix (600 pts) + 94e choix (124 pts)

Maintenant, si on additionne la valeur des deux choix de Denver on peut constater que Seattle sort victorieux de cet échange, par 24 points, selon la charte Jimmy Johnson.

Le quartier général de Denver était assurément conscient que cet échange était statistiquement perdant. Par contre, le besoin de repêcher un quart-arrière suite à la retraite de Peyton Manning et au départ du fabuleux Brock Osweiller les a poussés à prendre un pari. Ce pari étant que Lynch ne serait plus disponible au 31e rang et que sa valeur serait supérieure aux 724 points que Denver a investi dans l’échange.

D’ailleurs, connaissant la situation des Broncos à l’aube du repêchage de 2017, le recruteur en chef doit se ronger les ongles. Espérons pour lui que Paxton Lynch détrônera Trevor Siemian comme quart-arrière partant d’ici la fin de la prochaine saison. Sinon, il devra fort probablement se trouver un nouvel emploi.